Voir étude complète réalisée sur Lycée en cliquant sur le bouton ci-contre à gauche

                  PETITIONS : voir en bas de page

 
   
     
 

                    

                       IUT de BEZIERS : ENTETEMENT OU ZAPPING  

                                                        (voir 1er art. sur Presse2)

Seul contre tous, comme le chevalier « le conquérant », l'actuel maire de Béziers et Président de la communauté d'agglomération de Béziers Méditerranée  a décidé, sans concertation sur le financement, que l'IUT de Béziers devait être reconstruit sur le site Du Guesclin pour réaliser son
rêve pharaonique de Quartier Latin.

Les citoyennes et citoyens de Béziers sont en droit de s'interroger sur ce qui va concrètement aboutir et sur les conséquences des décisions qui vont être prises. En effet, en décidant de construire les trois départements sur le site Du Guesclin (environ 12,338 millions d'euros) les contribuables biterrois risquent d'avoir à leur charge une partie des 8,679 millions d'euros.

                Le seul choix réaliste et raisonnable consiste à construire le troisième département SRC (services et réseaux de communication) sur le site actuel du quai Port neuf (coût 4,456 millions d'euros), déjà financé par le contrat de plan Etat Région.

                Le  développement de l'IUT sur le site du Port Neuf permettrait une extension qui pourrait porter la capacité à six départements en occupant la superficie des deux entrepôts qui flanquent l'édifice actuel.
Au bout du compte, le site de Du Guesclin, déjà surchargé avec : la médiathèque, le Centre Universitaire, le groupe scolaire Cordier, le restau U, le Cirdoc, n'offrirait pas un espace aussi vaste que le Port Neuf qui, en sus des deux entrepôts, possède également d'autres friches. Dans ces conditions, il est plus que douteux que le site de Du Guesclin puisse accueillir  six départements d'IUT et on aurait donc un IUT au rabais avec trois départements, alors qu'un IUT de plein exercice de six départements valoriserait l'ensemble du site du Port Neuf.

            En outre, même avec un IUT  de trois départements, le quartier du Champ de Mars friserait l'asphyxie aux heures de pointe, sans parler du vendredi, jour de marché, le groupe scolaire Jean Moulin constituant dans ce domaine un exemple de concentration à ne pas suivre !

        La ville de Béziers peut très bien disposer de deux pôles universitaires : un IUT autonome de 5 à 6 départements bénéficiant des installations sportives du stade de Sauclières au Port Neuf et  un Centre Universitaire plus équilibré à Du Guesclin. La ville gagnerait ainsi vers l'ouest, éviterait une trop forte centralisation et enrayerait l'expansion vers l'est qu'il faudra envisager  bientôt.

          Toute autre décision va à l'encontre de l'intérêt de la Ville, de l'Agglomération, des contribuables biterrois et obèrerait pour de longues années les finances publiques locales.

 

 

15/05/2006                

 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

   
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
   

SOUTENEZ les ACTIONS de BEZIERS la CITOYENNE

 

 

 

 

 

   

                             - LES PétitionS -

 

 

 

 

Utilisez le format ci-dessous imprimé pour obtenir les signatures

 

 

 

 

Association des Usagers des Transports du Biterrois

 

A Monsieur le Président de la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée,

31 Quai Port Neuf - 34500 Béziers,

 

- PETITION -

 

Contre le projet de modification des lignes 11, 12, 13, au détriment des usagers (suppression d’une voiture) et donc, diminution de la fréquence horaire de passage des bus.

Pour une amélioration des services de transports en commun et  l’optimisation des cadence-ments.

 

Mettez svp vos : NOM – Prénom - Adresse - Signature

 

 

   

         

                                          PETITION N°1 - CINEMA LE NEANT ?

 

Après le Royal, le Rive Gauche, le Kurssal voilà que le Palace ferme à son tour ses portes On imagine l’image peu attractive que va donner notre ville sans aucun cinéma. Les salles dédiées à l’expression culturelle, aux répétitions, aux rencontres avec le public font cruellement défaut en centre ville. Cependant, nous ne devons pas nous résigner à la fatalité car il serait inconcevable que notre ville n’ait même plus un  cinéma. Aussi, nous appelons les citoyens, tous les acteurs culturels et les édiles à se mobiliser pour que vivent le cinéma et la culture à Béziers - certainement d’une autre façon que par le passé - ce qu’il nous appartient d’inventer.   La ville doit envisager en concertation avec les partenaires culturels un « cinéma municipal d’art et d’essai » (régie municipale ou gestion donnée à une association) à l’image d’autres villes comme Valence, Pézenas ou Frontignan ! Il y a urgence pour nos enfants qui bénéficient de dispositifs en leur faveur (école au cinéma, collège et lycée au cinéma)  et il ne faudrait  pas retomber dans les bras de structures uniquement commerciales qui ne vivent que pour le profit alors que  nos concitoyens  ne peuvent pas toujours payer le prix de la place de cinéma  trop élevé pour leurs faibles ressources.

 

 
   

 

COMMUNIQUE de l’ABLC - OCTOBRE 2005:

 

              CINEMA EN CENTRE VILLE ET PAS AILLEURS !

 

Le Royal, le Rive Gauche, le Kurssal et le Palace participaient à la vie culturelle et économique du centre ville. Leurs fermetures successives accentuent  la désertification du centre ville.

L’actuelle majorité municipale serait elle atteinte de cécité en reprenant, coûte que coûte, le projet avorté de multiplexe appelé, aujourd’hui, « art’plexe », au carrefour de l’Hours ?

Le cinéma n’est pas qu’un « commerce » culturel et les citoyens sont en droit d’exiger un cinéma dans le centre sauf à vouloir déplacer le centre ville dans les centres commerciaux et de ne faire des citoyens que des consommateurs.

Les locaux désaffectés ne manquent pas, autour des allées Paul Riquet, pour voir renaître un cinéma  qui participe et dynamise une réelle politique culturelle de notre cité.

Il y a urgence pour nos enfants qui bénéficient de dispositifs en leur faveur  (école au cinéma, collège et lycée au cinéma avec des établissements scolaires situés en centre ville pour beaucoup d’entre eux),  pour une partie de  nos concitoyens qui, trop âgées ou ayant de  faible ressource, pouvaient jusqu’alors aller au cinéma du centre ville. Aussi, Béziers la citoyenne se mobilisera avec les citoyens et les acteurs culturels,  pour que vivent le cinéma et la culture en centre ville à Béziers.

 

 
   

 

PETITION N°2 - Pour le maintien d’une police de proximité à la Devèze!

 

L’association "BEZIERS LA CITOYENNE", apprend avec consternation la disparition, de fait, de la police de proximité au commissariat de la Devèze à Béziers suite au déplacement de trois personnes vers le commissariat central en raison de d’un manque criant de policiers. Ce problème ne peut laisser insensible les autorités locales et nationales et l’association Béziers la Citoyenne lance la présente  pétition pour le retour de la police de proximité qui participe au travail de prévention avec les associations, dans ce quartier de plus de 15 000 habitants.

 

 
   

 

Béziers la Citoyenne : Commission Transport 

                 

    Les travaux engagés par la commission transport de Béziers la Citoyenne se poursuivent à échéances régulières et sont loin d’être aboutis. Cependant, dans le respect des engagements qui sont les nôtres, il convient d’ores et déjà de communiquer en l’état le fruit de notre première analyse.

 

    Il apparaît que l’Autorité Organisatrice de transport doit insuffler la politique transport qu’elle souhaite mettre en œuvre, mais on relève un flagrant manque de dynamisme de sa part. Les rares initiatives semblent avoir été initiées par le délégataire ce qui conférerait tout de même un point positif à la privatisation !

 

    Il semblerait que la politique de la Ville ne porte pas une grande considération au transport public urbain et d’après le ressenti, le transport collectif constituerait un moyen de déplacement pour les dépendants. Les gens qui ne disposent pas de véhicule personnel ne joueraient aucun rôle positif dans le développement de notre cité... de ce fait, il ne serait pas utile de s’en préoccuper, il apparaîtrait que ce soit dans cet esprit là que la politique transport soit traitée. Cela explique sans doute, la perte de fréquentation régulièrement enregistrée.

 

   Concernant la desserte des nouveaux quartiers, on n’enregistre aucune évolution significative, les moyens sont identiques depuis des décennies alors que la structure de notre ville a profondément évolué et que les besoins sont désormais évidents.

La prise en charge des scolaires au cœur de la cité est vécue de façon discriminatoire par bon nombre de familles et nécessite une réflexion urgente, la sécurité ainsi que le bien-être de nos enfants constituent une priorité absolue.

 

   Les pertes de fréquentation enregistrées ne sont pas le fruit d’une fatalité mais semble liées au manque de considération, d’initiative et de réactivité. Pour Béziers la Citoyenne, l’activité du transport public urbain de voyageurs constitue une partie incontournable de la politique générale de la Ville.

 

   Le plan de circulation urbain démontre bien et confirme même la théorie développée sur le peu de considération des élus envers le transport public. Mais cette politique pour le moins tâtonnante voire contradictoire est lourdement préjudiciable au développement de notre cité, à son commerce, ainsi qu’au bien être du citoyen dans son cadre de vie.

 

   Nous tenons à pratiquer une mise en garde particulière à la décision qui va être prise afin de pallier à l’utilisation de la gare routière, en effet, celle-ci deviendra indisponible du fait de l’ouverture du chantier de création d’un parking et de réfection de la place De Gaulle.

    Fidèles à notre engagement citoyen, nous avons considéré qu’il était de notre devoir de présenter ce constat afin d’influer sur la politique mise en œuvre par la majorité actuelle et tout au moins, de permettre l’ouverture de vraies concertations dans le respect des valeurs démocrati-ques et citoyennes qui sont les nôtres.

 

                                                       Le responsable de commission : Gilles ESCARGUEL

 
 

 

 
     
   

Des pétitions circulent, signez-les pour soutenir notre action ..